h_sitationL'auteur: Nous sommes toujours chez Stephenie Meyer, auteure mormone américaine.

Le livre: Le titre de ce troisième opus annonce la couleur. Edward le vampire (qui n'a toujours de vampire que le nom parce qu'il n'a toujours pas de sang sur les mains et encore moins sur les crocs, rappelons-le) est revenue auprès de sa chérie. Mais entre temps, la demoiselle s'est consolée auprès de Jacob, le loup-garou (qui se transforme en loup pour de vrai, lui!). Or comme les loup-garous et les vampires sont des ennemis héréditaires (hourra! Mme Meyer n'a pas tout sabordé dans les mythes vampiriques!), Edward interdit à Bella de se rendre auprès de son ami. Commence donc un triangle amoureux bien attendu, entre jalousie soigneusement provoquée et tolérance du fiancé grand prince qui autorise la présence de son rival parce que ça fait plaisir à sa belle (ben voyons!). C'est alors que (parce qu'il y a aussi une intrigue, oui-oui) une série de meurtre à Seattle inquiète nos héros: une vampire vindicative revenue du tome 1 préparerait sa vengeance et aurait décidé de prendre Bella pour cible.
Encore une fois, je le dis et je le redis: heureusement qu'il y a le personnage de Jacob pour secouer tout ça. Parce qu'entre les soupirs enamourés des tourtereaux et leurs grandes questions existentielles (faut-il se marier? faut-il faire l'amour avant le mariage ou pas?) il y a de quoi bailler plus que de raisons. J'ai jubilé de voir Bella désobéir (enfin!) à son bellâtre pour courir dans les bras de son rival, et celui-ci fanfaronner sous le nez d'un Edward toujours aussi peu crédible en amoureux transi (la scène de la tente est à la fois pleine de promesses et horriblement décevante: à quand une bonne bagarre en vrai?). Côté intrigue, on tourne en rond, on reprend les mêmes méchants et on recommence: on est décidément en grosse panne d'inspiration! D'ailleurs on se refait la scène de "Bella se cache et n'assiste pas à la bagarre, et toi non plus, lecteur!". Et comme si les maladresses narratives ne suffisaient pas, apparaît une nouvelle lubie: changer de narrateur, comme ça, allez hop, on tente! La traduction et la langue sont de pire en pire, mais je crois que j'ai fait mon deuil de ce genre de choses.
Là encore, ne comptez pas sur moi pour le film. En revanche, lorsqu'il est sorti, j'étais en vacances à Lille, et la critique parue dans "La voix du Nord" m'a tellement fait rire que je vous encourage, non: oblige à aller lire l'avis du journaliste sur le "Troisième chapitre d'une fable bêlante calibrée pour ados prépubères avides d'eau de rose et de romans de gare" . Muahahah...

Titre original: Eclipse (traduit de l'anglais)