h_liogabaleL'auteur: Antonin Artaud (1896-1948) est poète, romancier, acteur, dessinateur,.. bref: il a fait beaucoup de choses. Il a été proche des surréalistes.

Le livre: Héliogabale est un empereur romain, arrivé sur le trône en pleine décadence. A une époque où il est difficile de savoir exactement ses origines tant les orgies sont fréquentes et floues, les princesses syriennes, Julia Maesa, Julia Soemia et Julia Mamaea, respectivement ses grand-mère, mère et tante, ourdissent dans l'ombre afin de le faire monter sur le trône, en prétextant une obscure filiation avec Caracalla et en faisant assassiner le roi en titre. Mais Héliogabale apporte surtout l'anarchie totale à Rome et la déchance sans fond: il impose Elagabal, dieu soleil unique, dans la Rome polythéiste, autorise toutes les débauches et les perversités, organise dans Rome des procession à la gloire d'un dieu phallique, et des célébrations dans lesquelles la frontière entre masculin et féminin tend à s'effacer.
J'avoue: je n'ai pas tout compris. J'ai sauté quelques lignes sur les subtilités politiques et historiques au début, puis toutes les pages concernant la théorie surréaliste qui justifie, pour Artaud, l'intérêt qu'il porte à ce personnage. Mais j'ai parcouru avec intérêt les récits des folies de cet empereur de courte durée mais haut en couleur. Artaud développe longuement la symbolique de l'anarchie telle qu'elle peut être décodée dans une société rigoureusement organisée comme celle de Rome. Mais il avance également qu'Héliogabale, amateur de plaisir, a élevé la poésie au niveau de l'état, et il en devient donc un personnage hautement poétique. J'ai lu le livre par curiosité, pour voir ce qu'un personnage hermétique comme Artaud pouvait dire d'un illuminé comme Héliogabale. Intéressant.