ile_des_esclavesL'auteur: Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (1688-1763) est journaliste, dramaturge et romancier. Adepte du badinage amoureux dans ses oeuvres, il donne même naissance à un concept, le marivaudage, qui désigne son style unique, entre préciosité, métaphysique et trivialité.

Le livre: Iphicrate et son valet Arlequin échouent, après un naufrage, sur une ile bien étrange: l'île des esclaves. Elle regroupe des esclaves grecs qui se sont révoltés et qui obligent les maîtres qui abordent sur leurs côtes à devenir esclave à leur tour. Trivelin se charge de faire observer cette règle: le voici qui échange les noms et les conditions d'Arlequin et Iphicrate, ainsi que ceux de Cléanthis et sa maîtresse Euphosine.
Un grand classique, court, en un acte, à la fois plein de divertissement et de profondeur. Marivaux commence par dépeindre les travers vaniteux des maîtres, avant de montrer que les esclaves eux-mêmes, devenus maîtres, en viennent facilement à copier leurs dominateurs. D'une grande simplicité et d'une grande efficacité, cette petite pièce est un mélange des genre sà tout niveaux, puisqu'on y retrouve à la fois des personnages grecs, les fantoches de la commedia dell'arte et la franche farce médiévale. Et sous le renversement carnavalesque, on y décèle déjà les signes avant-coureurs d'une remise en cause des privilèges des classes sociales.
Beaucoup de choses en peu de mot. J'aime beaucoup!
objectif_pal