le_gout_de_la_mangueL'auteur: Catherine Missonnier (née en 1941) est née à Paris mais passe toute sa scolarité à Madagascar. Elle écrit principalement pour la jeunesse.


Le livre: Nous sommes en 1956, Madagascar est une colonie française, mais les tensions indépendantistes commencent à gronder. Anna fait partie de la jeunesse blanche, insouciante, sûre de sa supériorité, dans laquelle elle ne se reconnait pas. Elle ne comprend ni la culture malgache et son histoire, ni l'insolence des riches colons bourgeois. Un jour elle rencontre Léon, un étudiant malgache qui se propose de lui faire mieux comprendre le pays dans lequel elle vit. En creusant plus profondément, elle comprend peu à peu pourquoi, malgré ses sentiments, elle ne peut échapper au racisme ambiant, aux tensions coloniales et à tout ce qui l'oppose à Léon.
J'ai tout simplement adoré ce livre, tombé dans mes mains par hasard. L'histoire de Madagascar y est abordée avec retenue et précision, tout comme les sentiments d'une déracinée. C'est une censure permanente qui s'exerce sur l'héroïne, qui ne peut garder des livres jugés subversifs dans sa chambre (elle sera exclue trois jours pour avoir possédé Les Nourritures terrestres, Claudine à l'école et Tropique du Capricorne) et qui ne peut pas non plus poser trop de questions sur Madagascar, tant la famille  malgache est hostile à son intrusion. On passe des lycées bien pensants de Tana, où les élèves montent tranquillement une pièce de théâtre, aux cimetières paysans de l'île où les ancêtres peuvent vous lancer leurs malédictions depuis l'au-delà.  Même si Léon est un étudiant brillant, désigné pour partir à l'univeristé en Californie,  Anna est une fille perdue en le fréquentant. Lui est un traître. C'est un roman qui amène à considérer l'autre dans toute sa beauté et sa complexité. Je vous le recommande!
objectif_pal