gestin_photoJe terminerai ce Printemps des Poètes par une artiste peintre qui compose aussi à l'occasion quelques vers. pour accompagner ses créations. Sandrine Gestin à travers les fées fait le constat d'un monde qui a perdu sa magie. Mais ses petites fées, disséminées, voleront toujours pour ceux qui veulent encore s'émerveiller un peu...

***

L'éveil des fées

Les Fées se lèvent,
se déplient,
et s'étirent.

Fleurs sauvages, belles et sages.
Leurs yeux d'ambre s'ouvrent sur le monde.
Un battement d'ailes,
un instant de stupéfaction,
et les larmes coulent sur leurs joues d'albâtre.

Elles ont dormi si longtemps,
ces Fées d'un autre temps.

A présent, elles s'éveillent
dans un monde dénaturé,
un monde meurtri,
un monde qui meurt.

Un dernier soupir,
et les Fées s'envolent.

Elles laissent derrière elles leur stupéfaction
et se tournent vers l'avenir.

Tant pis s'il est trop tard,
tant pis s'il n'y a plus d'espoir...
Les Fées s'envolent.

Jusqu'à leur dernier souffle,
elles dispenseront leur nature féérique
à ceux qui sont encore vivants,
à ceux qui relèvent la tête
et avancent vers la lumière.

Pour eux, les Fées voleront jusqu'à l'épuisement.
Pour eux, elles mourront,
heureuses d'avoir tout donné,
d'avoir illuminé l'avenir
de ceux qui croient encore en elles.

LogoPrintempsdesPoetes

Sur cette note d'espoir se clôt le Printemps des Poètes 2010.
Et n'oubliez pas de toujours mettre un peu de poésie dans votre vie.