9782070408832L'auteur: Didier Daenincks (né en 1949) a déjà été présenté puisque j'ai déjà parlé d'une nouvelle qu'il avait écrite. Il suscite encore la polémique et s'attache au devoir de mémoire historique.

Le livre: Nouvelle-Calédonie, dans les années 1980. La voiture de Gocéné conduite par son ami Caroz est arrêtée par des insurgés kanak qui renvoient Caroz le blanc, obligeant Gocéné le Kanak à poursuivre à pied. Les révoltés s'étonnent de cette amitié, et Gocéné raconte comment il a rencontré l'homme blanc qui a pris sa défense, cinquante ans plus tôt. Lors de l'exposition coloniale de 1931, Paris fait venir de Nouméa des centaines de "cannibales" afin de les exposer. Gocéné est du voyage. Autre attraction prévue: les crocodiles, qui meurent tous subitement avant l'inauguration officielle. On trouve une solution de remplacement: les crocodiles d'un cirque allemand, qui accepte de les prêter en échange d'une trentaine de Kanak à exposer sur sa piste. Un groupe de Kanak quitte donc Paris en train. Parmi eux, Minoé, une jeune femme à qui Gocéné a promis sa protection. Il doit tout faire pour la retrouver, mais Paris est immense, plein de monde et de bruit, d'escaliers qui s'enfoncent sous terre et de panneaux illisibles.

Inspirée d'un fait authentique, cette histoire se lit aisément, je dirai même avec avidité. Bien construite, en utilisant le regard du "sauvage" sur le Paris des années 1930, elle met en perspective deux époques historiques intrinsèquement liées, réactive toutes les questions de civilisation, saupoudre le tout d'amitié et d'une romance naissante. Je n'insisterai pas sur la nécessité de prendre au sérieux la condamnation de la soi-disant société civilisatrice. Une lecture prenante, distrayante, instructive, et qui amène à réfléchir. Tout bénef!

ObjectifPAL