cyranoL’auteur : Edmond Rostand (1868-1918) fuit Paris pour échapper à la Commune.

Après avoir commencé des études de droit, il se consacre à la poésie.

Le livre : ne pas confondre avec le véritable Cyrano, qui était un libertin du XVIIIème. Ici, l’histoire ultra-connue. C’est pourtant une pièce difficile d’accès : le vocabulaire en est érudit et désuet, la versification originale, elle est aussi difficile à monter à cause des nombreux décors. Mais elle eut un succès phénoménal. Cyrano, dès le premier acte, se révèle grand combattant mais aussi grand critique de théâtre et grand orateur lui-même. Mais il est également gêné par son (si célèbre) nez. Il est amoureux de Roxane, mais elle aime Christian. Cyrano va alors devoir protéger Christian, mais aussi lui servir d’intermédiaire car il manque d’éloquence. Voilà pour la partie connue. La moins connue, c’est celle où Roxane rejoint les soldats au front pour leur apporter des vivres. Celle où, après que Christian a été tué, Cyrano se voit obligé de garder éternellement le secret et Roxane entre au couvent. Celle où la vérité n’éclate qu’au moment de la mort de Cyrano. Le clou de la pièce reste la fameuse tirade sur le nez, un véritable exercice de style avant la lettre, dont voici un échantillon par gourmandise:

En variant le ton,-par exemple, tenez:
Agressif: " Moi, Monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse ! "
Amical: " Mais il doit tremper dans votre tasse !
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! "
Descriptif: " C'est un roc ! . .. c'est un pic ! . . . c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ?. .. C'est une péninsule ! "
Curieux: " De quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ? "
Gracieux: " Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? "