Un livre étrange, c’est le mot.

NadjaL’auteur : chef du mouvement surréaliste français, André Breton imposa au courant une orthodoxie qui ne fut pas du goût de tous ses collaborateurs. Néanmoins il en reste une figure forte. Il utilise comme création poétique l’irrationnel à travers le rêve, l’hypnose, l’écriture automatique, mais aussi la rencontre fortuite des mots comme dans ses «Cadavres Exquis».

Le livre : Nadja est difficile à classer. Ce récit peut tenir autant de l’autobiographie que de la fiction. Irrésumable, ce livre ne peut être décrit que par des éléments disparates. Il se veut journal d’une expérience : celle de la rencontre avec une jeune femme qui erre sans but dans Paris, qui semble venir d’une autre réalité. Nadja, c’est la disponibilité à tous les signes poétiques que nous donne le monde autour de nous. Nadja, c’est la possibilité de voir au-delà des apparences la magie des choses. Nadja, c’est le pouvoir de fascination des images, véritables « intersignes » qui relient les choses les unes aux autres, c’est « la fleur des amants », c'est un livre jalonné de photographies et de dessins. Nadja voit comment rassembler les choses pour créer la beauté. Nadja s'est choisi ce nom parce qu'en russe, c'est le commencement du mot "espérance".

Nadja mourra seule, dans un asile psychiatrique.